Mobilisation contre la Loi de programmation de la recherche

À l’instar du Conseil National des Universités (sections 1, 2 et 3 et groupe 1), de la conférence des doyens, des départements et sections des facultés de droit ainsi que des prises de position collectives et individuelles des enseignants-chercheurs, le Ceprisca manifeste ses réserves vis-à-vis du projet de loi de programmation de la recherche adopté par la Commission mixte paritaire lundi 9 novembre, tant au regard des méthodes employées que sur le contenu de la réforme. Ses dispositions, votées pour certaines en catimini, mettent en péril le statut de fonctionnaire, la qualité des recrutements des enseignants-chercheurs et par là-même celle des enseignements dispensés à nos étudiants qui seront les premiers touchés par les inégalités entre universités auxquelles ce projet va conduire.

Le Ceprisca exprime son adhésion et son soutien aux décisions adoptées par les motions des sections 1, 2 et 3 ainsi que celle du groupe 1 du CNU.

Laisser un commentaire